Source: © 2022 Planet Labs PBC.

Guerre en Ukraine: 100 jours de conflit racontés en images satellite

Cent jours après le début du conflit, les images satellites dessinent une Ukraine meurtrie par l'offensive russe et les bombardements répétés.

Le

100 jours. Le 24 février dernier, la Russie débutait l'invasion de l'Ukraine, espérant une victoire rapide et qui ne prendrait pas plus de deux semaines. Plus de trois mois plus tard, Kiev résiste toujours, et Moscou a concentré ses forces sur l'est du pays.

Mais sur ces 100 premiers jours de guerre, l'Ukraine a subi de nombreux bombardements, qui ont durablement endommagé les infrastructures et tué des milliers d'habitants. Une situation observée à distance par les Occidentaux, notamment à l'aide de satellites - des images relayées par Planet Labs et Maxar livrent ainsi un autre éclairage du conflit.

• Les dommages sur le pont de la rivière Desna à Zolotynka

Parmi les régions bombardées dès le début de la guerre par la Russie, on retrouve l'oblast de Tchernihiv. Plusieurs ponts sur place ont été détruits, dont celui ci-dessous, situé entre Shestovytsya et Zolotynka, rendu impraticable entre le 26 et le 28 février.

Ces deux villes sont situées à quelques kilomètres à peine de Tchernihiv, près de la frontière biélorusse, qui était un objectif clair de la Russie au début de l'invasion. Malgré les efforts des forces de Moscou, elle ne sera pas tombée.

• Le théâtre de Marioupol bombardé

Le 16 mars dernier, le théâtre de Marioupol a été bombardé. Une semaine après, les autorités locales ont estimé que le bilan était de 300 morts, quand une enquête de l'Associated Press mentionnait 600 morts. Avant la frappe aérienne, près d'un millier de civils se trouvaient dans le théâtre.

Le bombardement avait d'autant plus choqué en Occident que le mot "enfant" était écrit en gros devant le bâtiment. L'inscription est d'ailleurs visible sur l'image satellite après le bombardement.

Au début du mois d'avril, le maire de Marioupol estimait que sa ville était détruite à 90%. Et pour cause, un nombre incalculable de bâtiments ont été frappés par des bombardements russes. Si certains, comme les bureaux des ONG, n'auraient pas dû être ciblés, l'histoire a été différente.

Ainsi, le bâtiment de la Croix-Rouge a été la cible de plusieurs frappes, et ce malgré le fait qu'il était facilement identifiable grâce à un drapeau sur le toit. La photo ci-dessous montre des premiers dégâts fin mars. L'ONG a dénoncé quelques jours plus tard un autre bombardement.

Croix Rouge Marioupol/ 21 mars 2022 © Source: © 2022 Planet Labs PBC.

• La destruction d’un navire russe dans le port de Berdiansk

La Russie a rapidement eu pour objectif d'attaquer les villes stratégiques d'Ukraine, notamment au Sud en raison de l'accès à la mer. De nombreux navires ont donc été dépêchés sur place, comme le Moskva, bateau militaire emblématique détruit près de Marioupol en avril.

Mais quelques semaines plus tôt, le 24 mars à Berdiansk, c'est un autre navire qui est attaqué. La déflagration a entraîné une colonne de fumée photographiée par les satellites.

Berdansk/ 24 mars 2022 © Source: © 2022 Planet Labs PBC.

• Les bombardements de l’aciérie Azovstal à Marioupol

L'armée ukrainienne a tenu jusqu'au bout la ville de Marioupol, malgré les intenses bombardements de l'armée russe. Après avoir perdu bon nombre de positions, les derniers civils et soldats ukrainiens se sont barricadés dans l'aciérie Azovstal, ici visible à la fin mars.

Sur place, ils ont été la cible de nouvelles frappes aériennes. Finalement, les derniers survivants se sont rendus aux forces russes à la mi-mai.

Azovstal/ 24 mars 2022 © Source: © 2022 Planet Labs PBC.

• Le massacre de Boutcha documenté

Quand les forces russes se sont concentrées sur l'est de l'Ukraine, les dégâts causés dans certaines villes sous contrôle de Moscou ont été découverts. Le plus marquant reste la petite ville de Boutcha, où des centaines de corps de civils exécutés ont été retrouvés.

Rapidement, le Kremlin a accusé l'Ukraine de mise en scène. Cependant, des images satellite prises juste avant le départ des Russes montrent bien que les corps étaient déjà présents dans les rues. De quoi nourrir le dossier des accusations de crimes de guerre.

Une image satellite à Boutcha, le 19 mars 2022, montrant les positions de corps de civils tués par l'armée russe © Satellite image ©2022 Maxar Technologies / AFP

Au cours de ces 100 jours, l'Ukraine a régulièrement fait mieux que se défendre. Le 14 mars, l'armée de Kiev a ainsi détruit 3 hélicoptères russes qui étaient stationnés à l'aéroport de Kherson. L'infrastructure située au sud du pays avait été rapidement capturée par les forces en provenance de Moscou. Kherson était d'ailleurs la première ville ukrainienne d'importance à tomber au début de la guerre.

Kherson © Source: © 2022 Planet Labs PBC.

• Un panache de fumée au-dessus de l’Île aux Serpents

Dès le début de la guerre, l'Île aux Serpents, un caillou plus petit que l'Île de la Cité à Paris, a été très médiatisé en raison d'une réponse héroïque des soldats ukrainiens à des marins russes. Située idéalement en mer noire, l'île est très stratégique.

Ile aux serpents/ 6 mai 2022 © Source: © 2022 Planet Labs PBC.

Contrôlé par la Russie, le lieu a subi plusieurs attaques de la part de l'Ukraine, comme ci-dessus en mai dernier, que ce soit pour détruire des infrastructures, ou pour tenter d'en chasser les Russes, comme l'affirme Moscou.

Théophile Magoria et Anthony Audureau