Politique

Macron en jet-ski à Brégançon: Rousseau juge "criminel de ne pas comprendre" le réchauffement climatique

Sandrine Rousseau le 19 septembre 2021 à Paris - Sameer Al-DOUMY / AFP

Sandrine Rousseau a commenté des photos publiées par la presse people montrant le chef de l'Etat en jet-ski pendant ses vacances au Fort de Brégançon.

La finaliste de la primaire écologiste pour la présidentielle Sandrine Rousseau a critiqué mardi la sortie en jet-ski d'Emmanuel Macron, en vacances au Fort de Brégançon, estimant qu'il ne comprenait "pas le réchauffement climatique" et que c'est "criminel de ne pas le comprendre".

"Il ne comprend pas le réchauffement climatique"

Commentant un tweet qui évoque, comme d'autres sur les réseaux sociaux, des photos du président en jet-ski publiées par la presse people, la députée EELV Sandrine Rousseau a tweeté: "Ceci confirme cette impression persistante qu'il ne comprend pas le réchauffement climatique. Et aujourd'hui il est criminel de ne pas le comprendre", ajoute-t-elle.

Le chef d'EELV Julien Bayou a lui critiqué une sortie en canoë d'Emmanuel Macron, qu'il considère comme une "diversion" pour "faire oublier l'inaction" climatique du gouvernement.

"Ficelle un peu grosse"

Photo à l'appui, Voici s'est fait l'écho, la semaine dernière, d'une sortie du chef de l'Etat en jet-ski, comme en 2020, tandis que Paris-Match a relayé une sortie en canoë du président, près du fort de Brégançon où le couple présidentiel est en vacances.

"C'est une ficelle un peu grosse de passer du jet-ski au canoë et de le présenter comme un effort de sobriété, c'est désarmant de nullité", a cinglé Julien Bayou.

L'Elysée, joint par l'AFP, s'est refusé à tout commentaire sur les deux séquences. "Quand est-ce qu'ils agissent? Le Haut conseil pour le climat a appelé à un sursaut et lui il passe du jet-ski au canoë?", s'est ému le secrétaire national d'EELV. "L'enjeu n'est pas individuel, fermer l'eau du robinet pendant qu'on se brosse les dents ou changer les ampoules des ministères", a souligné Julien Bayou.

A.S. avec AFP