Journée internationale des droits des filles : l'école, une priorité

Chaque année, le 11 octobre est dédié à la Journée internationale des filles. Son but ? Mettre en lumière les inégalités qui touchent les jeunes filles aux quatre coins du monde pour améliorer leurs conditions de vie et leurs perspectives d'avenir. L'édition 2022 marque le 10ème anniversaire de l'évènement initié par Plan International.

© borgogniels

[Mise à jour du 28 septembre à 12h38] A l'échelle mondiale, des millions de jeunes filles subissent d'importantes inégalités et sont victimes d'abus. Privées de leurs droits et de leur liberté dans des sociétés bien souvent patriarcales, autoritaires et pauvres, leurs perspectives d'avenir sont pour la plupart réduites à néant ou très limitées. Chaque année, 12 millions de filles sont mariées de force avant leur 18 ans,soit près d'1 fille toutes les 2 secondes. Un phénomène dramatique qui se serait accentué pendant la crise sanitaire, comme le rapporte un récent article de Vice. Autre donnée significative : 132 millions de filles âgés de 6 à 17 ans n'ont toujours pas accès à l'école. Des réalités qui nécessitent un plan d'action concret pour faire évoluer les mentalités et les sociétés, à travers une journée internationale dédiée aux filles.

Quelle est la date de la journée internationale des filles ?

La journée internationale des filles a été pensée par Plan International, une organisation non gouvernementale (ONG) qui œuvre pour faire progresser les droits des enfants et l'égalité entre les filles et les garçons. Pour concrétiser son engagement dans le monde, Plan International a créé en 2012 la Journée internationale (des droits) de la fille, qui a lieu chaque année le 11 octobre. L'ONU reconnait cette date officiellement. L'idée de cette journée est née d'un constat alarmant : les filles dans le monde, et en particulier dans les pays en développement, sont les premières victimes d'inégalités, d'exclusion, de discriminations et d'abus. Ces violations des droits des enfants constituent de nombreux freins à leur éducation et leur émancipation. Il était donc plus que nécessaire d'agir pour transformer la vie de millions de filles victimes d'inégalités et de discriminations dans le monde afin de leur permettre de sortir de la pauvreté et de devenir des femmes libres. Tous les États membres des Nations unies, les organismes qui y sont rattachés, ainsi que les organisations internationales et la société civile sont invités à célébrer la Journée internationale de la fille et à sensibiliser le plus de personnes possibles quant à la situation des jeunes filles dans le monde.

Quel est le thème de la journée internationale des filles en 2022 ?

Chaque année, une ville est désignée pour être la capitale mondiale pour les droits des filles, un honneur reçu notamment par Paris en 2017, ainsi qu'un thème choisi par l'Organisation des Nations unies. Cette année, à l'occasion du 10ème anniversaire de la Journée internationale de la fille, le thème de l'évènement est "Notre temps est venu. Nos droits, notre avenir." "Il est temps pour nous tous de nous montrer responsables - avec et pour les filles - et d'investir dans un avenir qui croit en leur action, leur leadership et leur potentiel", rapportent les Nations Unies dans leur communiqué

Quel est le programme d'actions de la Journée internationale des filles ?

À travers la Journée internationale de la fille, c'est tout un programme d'actions qui est déployé avec pour objectif de promouvoir l'autonomisation des filles, d'investir dans leur éducation, de faire respecter leurs droits humains en sensibilisant l'opinion quant aux inégalités et aux violences dont elles sont victimes. Afin de lutter contre les inégalités de genre, l'ONG Plan international rappelle le rôle essentiel des garçons et des hommes dans ce combat contre les discriminations dont sont victimes les filles et les femmes. Ainsi l'ONG les implique dans toutes ses actions en faveur des droits et de l'éducation des filles et les invite à rejoindre le mouvement mondial pour obtenir l'égalité entre les filles et les garçons.

Cette année, pour l'édition 2022, l'ONG Plan international explique comment on peut s'impliquer pour enclencher le changement : 

  • "Partagez des histoires de vie quotidienne, des blogs et des vidéos de filles qui changent les choses" pour inspirer les autres ;
  • "Encouragez les responsables gouvernementaux à réaliser des investissements plus ciblés pour lutter contre les inégalités" ;
  • "Engagez des femmes influentes dans tous les secteurs d'activité pour qu'elles soient le reflet du changement que nous voulons montrer aux filles" ;
  • "Renforcez votre engagement à sensibiliser et à lutter contre les facteurs qui empêchent les filles de progresser."

Les chiffres sur la condition des jeunes filles

Si, selon le rapport de l'UNICEF, de Plan International et d'ONU Femmes, la condition des jeunes filles dans le monde s'est considérablement améliorée depuis 25 ans, il reste encore de nombreux points sur lesquels des améliorations sont possibles et nécessaires, notamment sur l'éducation, les violences sexuelles et sur l'accès à la santé. L'alphabétisation, par exemple, une compétence de base nécessaire à l'épanouissement personnel et à la citoyenneté active, a augmenté au niveau mondial chez les jeunes, mais un écart entre les sexes persiste, et cela au détriment des filles. Les adolescentes et les jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans représentent aujourd'hui 56 % de la population mondiale de jeunes analphabètes, contre 61 % en 1995.

1 fille sur 20 âgées de 15 à 19 ans, soit environ 13 millions, a subi des rapports sexuels forcés au cours de sa vie, ce qui constitue l'une des formes les plus violentes d'abus sexuels dont peuvent être victimes les femmes et les filles. Si les pratiques telles que le mariage des enfants et les mutilations génitales ont diminué au cours des 25 dernières années, des millions de filles dans le monde subissent encore beaucoup trop des mariages précoces, des mutilations génitales et des abus sexuels. Aujourd'hui encore, les filles ont du mal à bénéficier des services de santé et des informations dont elles ont besoin pour se protéger contre les infections sexuellement transmissibles ou les grossesses non désirées. Et trop peu d'entre elles reçoivent l'alimentation appropriée dont elles ont besoin pour vivre longtemps et en bonne santé.

Comment aider les filles privées d'école ? 

Selon le dernier rapport de 2021 de l'ONG Plan International France, aujourd'hui, pas moins de 132 millions de filles sont encore privées d'école dans le monde. Et plus globalement, près d'une fille sur quatre, âgée de 15 à 19 ans, ne suit pas d'études, d'emploi ou de formation, contre 1 garçon sur 10, d'après une enquête de l'Unicef datant de 2020. Elles sont par conséquent davantage exposées aux risques d'exploitation, de travail forcé et d'abus sexuels. Elles constituent une main d'œuvre "bon marché" pour les employeurs. Au niveau mondial, 63 millions de filles de 5 à 17 ans sont astreintes au travail des enfants. La pandémie de coronavirus a aggravé le problème, et en dépit de la réouverture des écoles, environ 11 millions de filles pourraient ne jamais être scolarisées à nouveau.

Pour tenter de stopper ce terrible fléau, Plan International France a mis en place des programmes d'intervention, tels que le programme "Child Labor", en Tanzanie, qui lutte contre le travail des filles dans les mines, un programme pour venir en aide aux filles soldats en République centrafricaine, et le programme pour l'accès à l'école des enfants baptisé "Avenir" au Cameroun, à Yaoundé, dans un quartier où plus de la moitié des filles (57,7%) âgées de 6 à 11 ans ne sont pas scolarisés.